Parole de Papa : 3 jours après la naissance

Le récit de Nico, 33 ans, papa d’un garçon de 3 ans.

Après une journée inoubliable où les émotions vous traversent de part en part, impatience, euphorie, angoisse, soulagement et émerveillement (vraiment la venue au monde mon fils c’était trop waouh !!!) je dois les laisser tous les deux, le soir venu et c’est le cœur serré et triste que je pars loin de mon petit bout, laissant Ludi, ma compagne, gérer la 1er nuit seule malgré sa fatigue.

Mais bon il faut quand même fêter ça et partager avec des amis cette journée de fou où en quelques minutes on devient quelqu’un d’autre, passant de deux à trois, laissant l’insouciance pour la responsabilité…
De retour chez moi, le sommeil ne fut pas long à venir.

1er jour:

Finit la grass’mat, à peine un œil ouvert et mes pensées filent déjà auprès de ma petite famille.
Aller! on se met une pile, rangement de l’appart. quelques courses à faire et hop! je file comme l’éclair à l’hôpital, avec un arrêt dans une pharmacie pour acheter une tétine (et oui hier mon petit doigt a servi de tototte toute la journée. Pratique pour calmer les pleurs)
Journée intense avec la visite de la famille, c’est un peu égoïste mais le soir je suis content de rentrer à la maison.

Durant ces 3 jours mes sentiments furent partagés entre le bonheur total d’être papa, l’appréhension de ne pas savoir bien m’en occuper et le réconfort de rentrer chez moi pour souffler.

2ème jour:

A peine levé et déjà parti à la recherche d’un lait de toilette sans parabène, ainsi que les dernières courses pour les accueillir. Et direction la maternité où la journée se passe calmement. Tétée, dodo, couche et tétée dodo, couche, c’est sympa d’être tous les trois. Quand je le regarde, je m’émerveille toujours de voir ce que nous avons accompli.
Les départs sont toujours difficiles mais je suis rassuré de les savoir entourés de sages-femmes prêtent à intervenir en cas de problèmes. Retour à la maison en célibataire encore, je profite de mes derniers moments de glande égoïstement. Enfin vite fait, je dois installer le siège bébé dans la voiture en prévision de demain. (Je dois avouer avoir galéré un peu)

3ème jour:

Il me tarde de les retrouver, aujourd’hui est une journée importante, déjà parce que c’est la dernière et surtout je vais lui donner son 1er bain. Au bout de 3 jours ? Et oui, ça permet de le protéger contre les microbes.
C’est avec précaution que se déroule ce moment si privilégié (je fais extrêmement attention comme si je tenais une vase en cristal)
Une fois fini je ne suis pas peu fier de ma prestation.
La suite de journée a été plutôt à la cool. Préparant les affaires pour leur sortie, interrompus par la visite du photographe et la traditionnelle séance de pose. (Rho ! regardez comme il beau, on a bien travaillé !! enfin surtout la maman)
Dernière soirée en mode solo.
En fait, ça devient très chiant d’être là sans pouvoir rien faire, de laisser ma petite femme gérer seule les nuits. Il me tarde de les retrouver même si j’angoisse un peu à l’idée d’être tous les 3 à la maison, sans filet.
Réveillé tôt, petit dej’ express, dernier clean de l’appart, je brief le chat sur l’arrivée de Liam mais je crois qu’ ‘il s’en fout! Et direction la maternité.
Après avoir emmitouflé le petit, on l’installe dans la voiture et là le drame, le siège n’est correctement installé (quel boulet!) bon ça tiendra jusqu’à la maison.

Voilà notre nouvelle vie commence, remplie de doutes et de bonheur, maintenant ça va être à moi d’assurer.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

L’allaitement et Papa

Bien souvent, les mamans qui allaitent sont confrontées à ce genre de réflexions :
« Ton mari doit se sentir mis de côté, quand tu allaites? » ou encore « comment veux tu qu’il devienne père si tu allaites? », « il doit se sentir inutile »

Mais qu’en est-il vraiment côté papa?

Tout d’abord messieurs, nourrir son enfant au sein est une affaire de lien maternel certes mais c’est surtout une fonction naturelle, animale et rien d’autre. En effet, partez du principe que cet acte est biologique, au sens propre du terme. Cette période d’allaitement est une bonne période pour tisser vos propres liens avec votre enfant.
Voici quelques pistes pour avoir vous aussi votre expérience et votre relation de Papa avec votre bébé :

Un moment particulièrement propice à l’échange, le BAIN. Les premiers mois (quand bébé ne tient pas encore assis tout seul) vous pouvez le baigner, le lavez en lui racontant des histoires, en lui faisant des massages pour l’apaiser. On ne peut pas être 2 à lui donner son bain donc faites-en VOTRE moment privilégié père-bébé.

Après le bain, le moment est encore dédié à l’échange, au tissage des liens. Massez bébé avec sa crème, prenez le temps d’insister sur la plante des pieds et les mains, chatouillez-le, faites-lui la « petite bête qui monte, qui monte… « . Ayez des gestes sûrs mais pas brusques, votre nourrisson se sentira rassuré et détendu.

Les moments de sommeil pendant les siestes et les nuits. Lorsque maman a fini de donner le sein, vous pouvez prendre le relais et bercer votre enfant, lui chanter des chansons (même si on a une voix de casserole, les enfants s’en fichent pas mal). Vous pouvez lui raconter des histoires etc… Vous avez de la chance ces moments sont souvent moins longs que la tétée ;)
Les JEUX et la MUSIQUE : Quand bébé ne dort pas, il découvre. Devenez son guide en lui proposant des jeux et des jouets. Faîtes lui écouter votre musique. Mozart, Schubert ok mais pas que… ACDC, Pink, Yodelice, Joe Dassin. Bref, partagez vos goûts avec lui, vous serez surpris de l’entendre babiller et sourire dès que vous aurez appuyé sur PLAY. Bref, si vous êtes un fondu des musées, de sport de glisse etc… le mot d’ordre est PARTAGEZ VOS PASSIONS.

Les REPAS : Maman peut essayer de tirer son lait pour que vous puissiez lui donner le biberon. Sinon papoter avec madame pendant la tétée. Pourquoi? Eh bien certes, bébé et maman sont à table mais Maman n’est pas devenue muette pour autant. De plus, bébé écoutera une conversation entre ses parents c’est un échange où bébé est inclus et apprend qu’il fait partie d’un trio (ou plus s’il a des frères et soeurs) et qu’il a sa place au sein de votre famille.
Ce sont des valeurs importantes de la Famille : l’écoute, la parole, l’échange verbal.

Le lien paternel se tisse tous les jours et ce n’est parce que vous ne l’allaitez pas que vous êtes « exclus ». Ce qui exclus cette relation, ce sont les idées reçues, les stéréotypes.

On ne naît pas parents, on apprend à l’être un peu plus chaque jours.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Congé Paternité

Flashback en 2011, « Mardi dernier, journée internationale de la femme, Laurence Parisot (présidente du MEDEF) a déclaré vouloir instaurer un congé de paternité plus long que celui déjà existant. Selon elle « le congé maternité freine trop souvent l’évolution de carrière des femmes ». Le ministre du Travail Xavier Bertrand a donné son feu vert pour créer un groupe de discussion entre les partenaires sociaux. Ces derniers sont favorables à cette initiative. Encore faut-il se mettre d’accord sur les modalités? Affaire à suivre…. »

conge paternite

père épanoui donnant le biberon a son enfant

Cette petite révolution annoncée, je vous propose un aide-mémoire sur le congé paternité tel qu’il est encore actuellement.

Durée du congé paternité :

A l’heure actuelle, les nouveaux (ou re-nouveaux) pères se voient accorder 11 jours pour une naissance simple et 18 jours pour une naissance multiple. La durée du congé paternité n’est pas fractionnable mais vous pouvez le reporter, il doit débuter impérativement dans les 4 mois après la naissance de l’enfant.

Le congé paternité doit débuter dans les 4 mois qui suivent la naissance de l’enfant. Il s’ajoute aux 3 jours d’absence autorisée accordés par l’employeur pour une naissance.

À noter que le congé paternité peut être pris immédiatement après ces 3 jours ou séparément, mais il doit débuter dans les 4 mois qui suivent la naissance de l’enfant.

Au total, le père peut donc disposer d’un congé de 14 jours pour la naissance d’un enfant, ou de 21 jours en cas de naissance multiple.

Cas particuliers :
  • en cas d’hospitalisation de votre enfant à sa naissance : vous pouvez demander le report du congé paternité à la fin de l’hospitalisation ;
  • en cas de décès de la mère : vous pouvez bénéficier de son congé maternité postnatal puis demander le report de votre congé paternité à la date de fin du congé maternité postnatal ;
  • enfant mort-né : vous pouvez désormais bénéficier du congé paternité sous réserve de fournir à votre caisse d’Assurance Maladie la copie de l’acte d’enfant sans vie et un certificat médical d’accouchement d’un enfant né mort et viable.

Comment le déclarer ?

L’employé, le futur papa donc, doit déclarer son congé au moins 1 mois avant le début de son congé. Dans un courrier avec recommandé et accusé réception, il informera son employeur de la date et de la durée de son congé. A noter toutefois qu’il n’y a aucune obligation légale, à signaler par courrier recommandé, la Sécurité Sociale le recommande dans un soucis de bonne gestion.
Votre employeur ne peut pas refuser de vous accorder le congé paternité. Le congé paternité ne peut être décalé qu’avec l’accord de l’employeur. (Pensez-y si bébé se fait attendre)
Vous devez adresser à votre caisse d’Assurance Maladie :
  • soit la copie intégrale de l’acte de naissance de l’enfant,
  • soit la copie du livret de famille mis à jour,
  • soit, le cas échéant, la copie de l’acte de reconnaissance de l’enfant,
  • soit, le cas échéant, la copie de l’acte d’enfant sans vie et un certificat médical d’accouchement d’un enfant né mort et viable.

Les indemnités journalières : 

Elles vous sont versées par votre caisse d’Assurance Maladie dans la limite de certains plafonds. Pour les percevoir, vous devez remplir certaines conditions d’heures de travail ou de cotisations.

Conditions d’ouverture de droits aux indemnités journalières   Pour percevoir des indemnités journalières pendant votre congé paternité, vous devez remplir les conditions suivantes :

  • justifier d’au moins 10 mois d’immatriculation en tant qu’assuré social à la date de début de votre congé
  • et avoir travaillé au moins 200 heures au cours des trois mois précédant la date de début de votre congé ou avoir cotisé sur un salaire au moins égal à 1 015 fois le montant du SMIC horaire au cours des six mois précédant le début de votre congé.

Montant de vos indemnités journalières

Comme lors d’un congé maternité, l’indemnité journalière que vous recevrez pendant votre congé paternité est égale au salaire journalier de base. Ce salaire est calculé sur la moyenne des salaires des trois derniers mois travaillés précédant votre congéplafonné à 3129 euros (plafond mensuel de la sécurité sociale au 1er janvier 2014). Ce sont vos salaires soumis à cotisations desquels on retire les cotisations salariales obligatoires et la contribution sociale généralisée (CSG).   Le montant maximum, au 1er janvier 2014, de l’indemnité journalière versée pendant le congé paternité est de :

  • 81,27 euros par jour pour les autres départements.

Les indemnités journalières vous sont versées tous les quatorze jours. Avant leur versement, elles sont réduites de :

  • 0,50 % au titre de la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) ;
  • 6,20 % au titre de la contribution sociale généralisée (CSG).

Lors de chaque versement de vos indemnités journalières, votre caisse d’Assurance Maladie vous adressera un relevé. Conservez-le sans limitation de durée comme vos bulletins de salaire, car les décomptes de versement d’indemnités journalières valident vos droits à la retraite.

Les indemnités journalières sont soumises à l’impôt sur le revenu.

Attention : les indemnités journalières versées pendant le congé paternité ne sont pas cumulables avec les indemnités ou allocations suivantes :

  • Les indemnités journalières versées pendant un arrêt de travail pour maladie, accident du travail ou maladie professionnelle.
  • L’allocation parentale d’éducation (APE) à temps plein ou à temps partiel.
  • L’allocation journalière de présence parentale (AJPP).
  • Les allocations versées par Pôle emploi.

Bon à noter: Pour connaître les conditions de maintien de votre salaire pendant votre congé de paternité, consultez votre convention collective.

Je vous invite à consulter le site de l‘Assurance Maladie qui vous donne plus d’informations notamment sur les cas particuliers.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS