La diversification

La diversification peut commencer quand bébé éprouve une certaine curiosité quand il vous voit manger un fruit ou des gâteaux ou prendre vos repas. Physiologiquement, il est apte à franchir cette nouvelle étape à partir de 4 mois révolus. La diversification permet aux enfants de découvrir les 5 sens :

  • le goût en mangeant chaque papille est stimuleée,
  • la vue grâce aux couleurs des aliments,
  • l’odorat car chaque denrée à sa propre odeur et le mélange fait naitre de nouvelles senteurs,
  • le toucher les enfants adorent mettre leurs doigts partout, ils découvrent la densité, la texture de chaque aliment,
  • L’ouïe, ça peut paraitre curieux mais l’eau pétillante, une viande revenue à la poêle, une purée lisse ont chacun leur propre sonorité.

Mais revenons à note sujet. L’introduction des fruits et des légumes se fait par étape. Donc au début pas de mélange et pas de viande ni poisson. Gardez à l’esprit que le lait reste la base de son alimentation, l’eau remplacera petit à petit le lait.

 

On compte 3 phases dans la diversification:

En 4 et 6 mois, la première étape consiste à introduire des céréales sous forme de farine ou de bouillie (Holle). Au début, on pourra également proposer à bébé des fruits en compote (pomme, poire) ou écrasés à la fourchette (banane). Les fruits et légumes cuits à la vapeur sont recommandés, l’estomac de bébé n’est pas encore habitué à digérer toutes les fibres. Cette cuisson permet « d’assouplir » ces aliments et facilite la digestion.

Les légumes seront introduits un par un. Pour bien commencer, vos meilleurs alliés sont les carottes, les poireaux, les haricots, les petits pois, navets.

Entre 6 et 9 mois, on introduira les pommes de terre, les yaourts et quelques légumineux (haricots rouges, lentilles) toujours sous forme de purée mais que l’on pourra mixe plus grossièrement. Respectez les envies de bébé, s’il ne se sent pas à l’aise avec une préparation moins hachée continuez à lui proposer des purées fine voire très fine.

 

La deuxième étape-clé est l’introduction de la viande et des poissons. Vers 7 mois, on pourra lui proposer 10g par jour de viande ou de poisson mixé. On peut les cuire en bouillon, à la vapeur ou à  la poêle avec un peu de matière grasse. Encore une fois, il faudra les mixer grossièrement pour permettre à bébé de les manger en masticant mais sans que cela ne soit trop difficile pour lui. Il faut que cela reste facile et confortable.

 

La dernière étape constiste à proposer à votre loulou tous les aliments que vous lui avait déjà fait goûter et de varier les formes. Les purées deviendront des hachés, les hachés deviendront des petits morceaux. Petit à petit les assiettes remplaceront les pots ou les bols. Chaque aliment sera proposé sous différentes formes. Les carottes seront rappées, en rondelles, crues ou cuites, chaudes ou froides, croquantes ou molles. Et de même pour tous les aliments. Cette dernière phase est très ludique, on peut y ajouter des sauces ou imaginer de nouvelles façons de présenter les plats.

 

La diversification est un stade important dans le développement de l’enfant comme on vient de le voir il s’agit d’éduquer le système digestif de nos chères têtes blondes mais également de leur faire découvrir leurs 5 sens. Cette période permet à chaque enfant de découvrir ses préférences gustatives et cette découverte se partage en famille.

A vos assiettes!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Gardez une trace

Depuis la naissance de P’tit Q, il se passe chaque jour plein de choses. Entre les découvertes que l’on fait en tant que parents et les différents apprentissages de P’tit Q, il y a des jours où ils se passent tellement de choses que j’ai peur de les oublier.

Alors voici ma petite astuce pour ne plus oublier. J’ai ouvert 3 cahiers.

Le premier garde les mots d’enfant : Toutes ces petites réflexions qui nous font sourire ou encore ces mots sortis de leur imaginaire prolifique.

Le second s’intitule « Quand je serai grand » : Depuis son entrée en maternelle, P’tit Q a plein d’envies, être graphiste pour enfants ou encore avoir une ferrari ou encore regarder star wars en entier; et tout ça quand il sera grand. Alors à chaque fois je « consigne » tout ceci dans ce cahier et plus tard on pourra le rouvrir et se souvenir…

Le dernier est une to do list de nos sorties: Entre les flyers dans les supermarchés et les bons plans des copains et les 1001 idées sur les blogs des copines et les sites pour enfants, il y a un milliers d’endroits à visiter et à découvrir. Dès qu’une idée de sortie nous plait mais qu’il nous faut attendre pour la faire, je l’inscris dans notre carnet de choses à faire.

 

Avec ces cahiers peu de choses sont oubliées et surtout je me dis que plus tard quand il sera grand j’aurais une trace de ce qui lui faisait plaisir enfant.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Je fais ce que je veux

Aujourd’hui c’est moi P’tit Q, j’ai 5 ans et je vais vous dire comment j’arrive à faire tourner mes parents en bourrique.
Pour obtenir ce que je veux j’ai mis au point quelques techniques qui ont fait leurs preuves. Florilège…

 

La première et la plus simple c’est de me servir, c’est moi qui décide en somme. Quand je veux un gâteau et bien direction le placard et je me sers. L’idée c’est de ne pas me faire griller par mes parents jusqu’à ce que j’en ai croqué un. Après pas d’autre choix pour eux que de me laisser le finir.

La suivante est la négociation. Pour celle-ci je n’ai pas eu besoin de faire grand chose si ce n’est de la tourner à mon avantage. Le principe de la négociation c’est papa ou maman me dise « si tu ranges ta chambre, tu pourras regarder la tv avant manger » ou « si tu es sage dans le magasin, tu auras un bonbon ou un jouet » Bref, ils ont l’impression d’avoir un moyen de contrôle sur moi. Mais finalement je finis par le détourner parce que je me suis rendu compte que souvent, même si je ne suis pas un ange de bout en bout, j’ai droit a avoir une « récompense ». Mais depuis quelques temps maman me dit qu’elle n’est pas marchand de tapis et elle négocie de moins en moins. Mais peu importe j’ai d’autres armes dans mon arsenal.

Mon préféré le Caprice. Celui a été ma stratégie la plus payante jusqu’ici. Taper du pied par terre, boudage, renfrognage, « JE VEUX…. », pleurs, « T’ES MECHANT(E) ». je sais que vous aussi vous le maîtriser parfaitement. A 3 ans, j’étais le maître incontesté des caprices et puis avec le temps mes parents sont devenus de plus en plus allergiques et intolérants avec mes caprices. Il m’a donc fallu adopter d’autres stratégies.

La devise de celle-ci est Diviser pour mieux régner. Lorsque je veux quelque chose, je commence par aller voir maman. Pas qu’elle cède plus à mes jolis yeux doux mais je suis galant alors voilà… Mais lorsqu’elle ne veut pas céder, j’ai compris qu’il fallait aller voir papa. Et là, j’ai le choix soit je lui demande de la même façon qu’à maman et je vois ce qu’il dit. Soit je me sers des arguments de maman pour amener mon papa à céder. Machiavélique n’est-ce pas!

Mais là où je me régale, c’est lorsque je sens qu’ils ne sont pas vraiment d’accord. Je me faufile dans la brèche et bien sûr je soutiens celui ou celle qui abonde dans mon sens. Et une fois que c’est dans la poche hop! Je me lance dans la négoc’ ou le caprice ou l’auto-service.

Voici mes techniques les plus populaires de « je fais ce que je veux ». Je vous laisse je dois aller négocier le rangement de ma chambre. @+

 

PS: Une petite dernière : attaquer quand leurs défenses sont au plus bas. Le matin au réveil première attaque pour la télé. Il fut un temps où ça marchait bien, ils étaient suffisamment fatigués pour ne pas avoir envie de se lever et se mettre tout de suite dans le bain de leur longue journée. En plus je programme ce genre d’attaque vers 6h du mat’ (l’heure du laitier) où je suis sûr de les sortir de leur sommeil profond. Donc peu de ripostes!

L’autre moment propice c’est le soir après leur journée de travail. Là aussi je déploie mon arsenal mais j’y ajoute la folie dû à la fatigue et bim! ça marche enfin presque. ;)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS